UN SURPLUS OFFICIEL IMPRESSIONNANT DE 21,4 milliards $
(Rapport annuel 2005 de la CARRA)
Rodrigue Dubé, prés. de l'ADR
Rodrigue Dubé
prés. de l'ADR
En lisant le rapport annuel 2005 de la CARRA sur son site WEB, nous notons, à la page 61, que le montant à la charge des caisses de retraite des participants est de 34,6 milliards $ et à la même page, nous lisons aussi que l’avoir des retraités du RREGOP & RRPE est de 45,3 milliards $.

Le montant à la charge de la caisse des participants, c’est celui que la CARRA aurait à payer aux retraités et aux employés de l’État, jusqu’à la fin de leurs jours, si le fonds de retraite avait
été fermé ou avait cessé d’exister le 31 mars 2005.

L’avoir des retraités du RREGOP et du RRPE c’est l’argent prélevé à la source, sur les chèques de paye des participants aux régimes de retraite, augmenté des rendements nets obtenus par la CARRA, sur les placements de ces sommes. L’avoir des retraités ne tient donc aucunement compte des obligations du gouvernement à l’égard de ces régimes de retraite.

Il y a donc dans le seul fonds des retraités, un surplus de 10,7 milliards de dollars disponibles.

D’autre part, par un engagement contractuel, l’État a créé une caisse virtuelle équivalente à celle des retraités. Cette caisse virtuelle est de 45,3 milliards de dollars. Cette caisse a donc, elle aussi, un surplus de 10,7 milliards de dollars. La caisse virtuelle du gouvernement a déjà été prise en compte dans le déficit du Québec tout comme sont pris en compte les emprunts du gouvernement auprès des marchés financiers. Ce n’est donc pas une nouvelle dépense.

En d’autres mots, si tous les employés de l’État étaient mis à la retraite demain matin, dans 55 ou 60 ans, il n’y aurait plus une seule rente à payer et il resterait un surplus, dans les caisses de retraite, de 21,4 milliards $. Avouez que ce n’est pas rien.

On comprendra donc que les rentes de retraite des employés et des retraités du gouvernement sont le fruit de leurs économies au même titre que tout individu qui cotise à un REER. Elles ne sont pas un cadeau du gouvernement contrairement à une certaine croyance populaire. De plus, selon le même rapport annuel, à la page 69, les 127 000 retraités du RREGOP touchaient, en 2005, une rente annuelle moyenne de 14 395 $. C’est loin de la projection que voudraient créer certains faiseurs d’images.

Face à ces constats, et prenant en compte les engagements électoraux du Parti libéral, le président Rodrigue Dubé a déclaré : « Nous, de l’ADR, réclamons du prochain gouvernement : la PLEINE INDEXATION de nos rentes de retraite pour corriger l’injustice de 1982 et les « hold up » de 1997 et 2000 fait envers les retraités de l’état. »

Source : Rodrigue Dubé
Président
Date : 23 mars 2007
Le texte du communiqué de presse en format pdf  Logo Acrobat Reader
Le texte sur la valeur du RREGOP et du RRPE au 31 décembre 2005 Logo Acrobat Reader
Retour à la liste chronologique des archives.