Babillard opinons

OPINIONS

13 mars 2006   –  Objet : Ça chauffe au Québec…

Madame la députée,

Monsieur le député,Bonjour,Sachant que vous comprendrez vite et afin d’économiser votre précieux temps, je serai bref.D’entrée de jeu, voici un premier rappel : Le 13 décembre 2002, l’Assemblée nationale du Québec adoptait à l’unanimité la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Cette loi visait et vise toujours à engager le gouvernement et la société québécoise à « tendre vers un Québec sans pauvreté ».

Un deuxième rappel : Le parti libéral, devenu le Gouvernement Charest, s’était engagé à combattre la pauvreté durant sa campagne électorale.

Un exemple : Une personne retraitée de la fonction publique présente la situation suivante à partir de l’état de ses dépôts fourni par la CARRA.

 
 Année  Revenu  Impôt fédéral  Impôt provincial  Revenu après impôts
 2004  24 183,48 $  2 026,91 $  1 839,36 $  20 317,21 $
 2005  24 286,68 $  2 122,98 $  1 920,21 $  20 243,49 $
Revenu en moins en 2005 =  -73,72$

Cette diminution de revenus qui est due surtout à la désindexation des rentes et, bien sûr, à l’indexation des tables d’impôts et des coûts de l’assurance médicaments. Pourquoi en la faveur du Gouvernement et en la défaveur des citoyens en général et de ses ex-employés partiellement indexés ???N.B. Selon la CARRA, au 31 décembre 2004, les retraités du RREGOP touchaient une rente annuelle moyenne de 13 711,00 $. Le scandale ne s’arrête pas là :

 
* Mazout à Montréal (pour chauffer la résidence)

Janvier de :

 2002  2003  2004  2005  2006
 Prix du litre:
 43,1 ¢  58,8 ¢  56,5 ¢  68,0 ¢  79,5 ¢

Au 7 mars 2006 il est de 80,4 ¢ le litre


** L’électricité augmentera de 5,3 % à compter du 1er avril 2006 pour chauffer la résidence.


* Essence à Mtl (pour « chauffer » l’auto)


Janvier de :

 2002  2003  2004  2005  2006
 Prix du litre:
 63,4 ¢  79,2 ¢  78,6 ¢  83,7 ¢  1,01 $

** L’augmentation des permis de conduire à la SAAQ, pour « chauffer » l’auto.

Permettez-moi de souhaiter que tous les partis politiques québécois travaillent fort à la correction de ces statistiques scandaleuses. Les démunis de notre société en subissent et en subiront de graves conséquences. Donc, les moins nantis comptent sur vous pour une meilleure justice distributive.
Recevez mes meilleures salutations.

Rosaire Quévillon
Saint-Jean-sur-Richelieu
Membre de l’ADR, AQDR, AQDER et AQRP
(courriel expédié aux 125 députés)

 * Source : Statistique Canada, CANSIM, tableau (payant) 326-0009 et produit no 62-001-X au catalogue. Dernières modifications apportées : 2006-02-22.
** Curieusement, c’est une société d’État ???
 


 
7 mars 2006 – Pourquoi demander la pleine indexation?

Lorsqu’on fait affaire avec une institution bancaire pour invertir dans un REER, on est certain que les conditions convenues seront respectées intégralement et qu’il n’y aura pas de changement au contrat sans une entente signée par les deux parties.Les retraités de la fonction publique et parapublique ont (par obligation) fait affaire avec le gouvernement pour investir dans un fonds de retraite à prestations déterminées. Se sont-ils adressés à une institution moins fiable que les banques? Je crois que oui. J’en ai pour preuve qu’en 1982 le gouvernement d’alors, agissant comme gestionnaire et juge, a changé les conditions de l’entente sans le consentement des investisseurs : il a désindexé nos pensions sans notre accord et sans notre signature.M. Lucien Bouchard (qui était alors négociateur pour le gouvernement) avait-il le droit moral de se faire du capital politique en hypothéquant l’avenir de milliers de futurs retraités?Nous demandons au gouvernement de faire preuve des mêmes règles de justice et d’équité que celles de nos institutions financières et de donner aux retraités les prestations de retraite que leur assurait l’entente négociée avant le décret de 1982.

 Année  Revenu  Impôt fédéral  Impôt provincial  Revenu après impôts
 2004  24 183,48 $  2 026,91 $  1 839,36 $  20 317,21 $
 2005  24 286,68 $  2 122,98 $  1 920,21 $  20 243,49 $

Marguerite Levasseur
St-Blaise
Réginald Marchand
St-Hyacinthe

6 mars 2006 – À tous les retraités de la fonction publique et parapublique

Vous, les millionnaires retraités de la fonction publique, comme le dit monsieur André Dubuc; avez-vous fait votre rapport d’impôt pour l’année 2005?Et bien moi oui, et j’aimerais vous faire partager une constatation qui n’a rien pour me réjouir.

Étudiez ce tableau :
 Année  Revenu  Impôt fédéral  Impôt provincial  Revenu après impôts
 2004  24 183,48 $  2 026,91 $  1 839,36 $  20 317,21 $
 2005  24 286,68 $  2 122,98 $  1 920,21 $  20 243,49 $
En 2005,  j’ai subi une diminution de revenu de 73,72 $

Je ne suis sûrement pas la seule à avoir une diminution de revenu et une augmentation des dépenses et pourtant mon association l’AREQ ne semble pas saisir l’urgence de défendre mes droits.En 1982 le gouvernement juge et partie dans les négociations de la fonction publique s’est alloué le droit de nous appauvrir avec notre propre argent. Le gouvernement n’a pas versé sa part dans notre fonds de pension; malgré ça, en investissant dans notre fonds de pension nous avons généré des intérêts capables de suivre le coût de la vie.Sommes- nous si désinformés de nos droits, que nous agissons comme si l’argent de nos pensions venait de la poche des contribuables et non comme des pensionnés qui ont investi dans leur fonds de pension et qui y ont droit à part entière. Nous avons un fonds de pension à prestation déterminé, oui, mais ça ne donne pas droit au gestionnaire, le gouvernement du Québec, de changer les règles unilatéralement en lésant les pensionnés pour se faire du capital politique et économiser sur le dos d’une partie de la population qu’il doit représenter et qui l’a élu.

Il existe un proverbe qui dit : « Quand on veut se défaire de son chien on l’accuse d’avoir la rage ». Et bien je pense que le gouvernement applique ce proverbe aux fonctionnaires. On nous accuse d’être millionnaire parce qu’on s’est payé un fond de pension bien modeste (référence : ma pension) en partenariat avec notre gouvernement. N’ayant pas versé sa quote-part il ne lui reste plus qu’à nous convaincre et convaincre la population que nous sommes millionnaires donc que nous n’avons pas besoin d’être indexé.

 
Une retraitée loin d’être millionnaire!
 
État des dépôts de la CARRA 2006 (Courriel adressé aux 125 députés)
 
Monsieur, madame,
 
Je viens de recevoir le relevé de la CARRA faisant état de l’état des dépôts de ma rente de retraite pour l’année qui commence. On y a rajouté l’indexation qui me revient. Seulement une partie de ma rente est pleinement indexée. L’autre ne l’est pas, parce que le taux de l’IPC décrété par la CARRA n’a pas dépassé 3% soit 2,3% pour l’année 2005.

Lors de mon dernier plein à la station service, j’ai offert au pompiste de ne lui payer que la moitié de l’augmentation du prix de l’essence ! Imaginez sa réponse…Il est évident que mon pouvoir d’achat s’effrite à une vitesse galopante. Cet appauvrissement me mènera, dans un avenir plus ou moins lointain, à vivre sous le seuil de la pauvreté.Je vous demande d’agir dès maintenant pour corriger cette situation en rétablissant la pleine indexation des rentes de retraite telle qu’elle était avant 1982. Il est grand temps de réparer. Nous avons payé pour cela. C’est notre argent. Il serait aussi en votre pouvoir de nous donner la possibilité d’avoir un droit de regard sur l’administration de nos fonds gérés par la CARRA.

Mes salutations distinguées,

Roger Bourdages,
Retraité de l’enseignement
Membre de l’ADR (Association Démocratique des Retraités)

 

22 février 2006 – Réaction de Marie-Paule Girouard, Châteauguay, à la réponse du président de l’ADR à André Dubuc.

Bonjour M. Dubé,

Bravo pour cette mise au point. M. Dubuc doit avoir pris pour modèle les Ministres, Sous-Ministres et Hauts fonctionnaires pour oser affirmer qu’à la fin de leur carrière, les enseignants gagnaient 70,000$, ce n’était sûrement pas la majorité dans le domaine de l’enseignement. Cette mise au point est tout à votre honneur et devrait être diffusé dans toutes les associations de retraités de la fonction publique.

Continuez votre bon travail, vous avez tout mon appui.

Marie-Paule Girouard,
Châteauguay

 

16 février – Réaction du député de St-Hyacinthe, Léandre Dion, à la réponse du président de l’ADR à Jacques Parizeau.

Bonjour Monsieur Dubé,
Je vous remercie pour avoir osé… remettre Monsieur devant la vérité. Je me berce de l’espoir que cela sera efficace.
Merci encore,

Léandre Dion,
Député de Saint-Hyacinthe à l’Assemblée Nationale.

 

21 février 2006 –Réaction du député de Borduas, Jean-Pierre Charbonneau à la réponse du président de l’ADR à Jacques Parizeau.

Monsieur,

J’ai pris connaissance de votre courriel dans lequel vous vous adressez à M. Parizeau concernant sa remarque à propos des rentes de retraite du secteur public.

Je crois sincèrement que M. Parizeau a voulu démontrer par l’absurde la difficulté de résoudre simplement la question de la dette. Je crois que c’est faire offense à l’intelligence que d’interpréter autrement ses propos. Par ailleurs, je sais que le point de vue de M. Parizeau sur la responsabilité des fonctionnaires à la retraite fait l’objet d’un débat mais cela est autre chose.

Avec mes meilleures salutations,

Jean-Pierre Charbonneau
Député de Borduas, à l’Assemblée nationale

 

8 janvier 2006 –LA PLEINE INDEXATION – Rogers Bourdages, Châteauguay

Bonjour,

Faisant partie de plusieurs associations de retraités, AREQ, FADOCQ, et AQRP, je constate que la seule association qui défend nos droits dans la demande de la PLEINE INDEXATION DES RETRAITES, c’est l’ADR.

Cette association qui a récemment changé son nom et introduit DÉMOCRATIQUE dans son titre, a aussi changé ses statuts afin de protéger ses membres contre les élus qui ne tiendraient pas compte d’un vote majoritaire des membres, et en décider autrement, comme nous l’avons constaté à l’AREQ et à l’AQRP.

Je continue à penser que nous avons payé suffisamment pour toucher une rente pleinement indexée. Nous ne demandons rien au gouvernement ni aux cotisants actuels. Nous exigeons d’encaisser ce que nous avons investi.

Roger Bourdages,
Retraité de l’enseignement (CECM), Membre de : AREQ, FADOCQ, et AQRP
Président, AREQ, 09-B, Châteauguay-Moissons

 

17 janvier 2006 – Demi-indexation des prestations le l’aide sociale
Lettre à la ministre Madame Michelle Courschesne

Saint-Hyacinthe, 17 janvier 2006
Madame Michelle Courchesne
Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la FamilleMadame la Ministre,

Après avoir pris connaissance du texte de la loi 57, nous constatons qu’il est dans vos intentions de procéder à la désindexation partielle des prestations perçues par certains assistés sociaux. Nous, membres de l’Association Démocratique des Retraités (ADR), désirons vous faire part de notre désaccord avec ce geste qui, vous en conviendrez, pourrait avoir de graves conséquences pour ces démunis de la société québécoise.Que penser des enfants de ces familles, ces innocentes victimes, dont les chances de succès sont déjà réduites, à qui vous ajouterez des conditions de vie encore plus fragiles? Nous pensons que ces gens ont plutôt besoin de support, d’encadrement, d’accompagnement que de sanction. Le pas pour classifier ces personnes est facile à franchir mais celui de leur venir en aide est beaucoup plus noble. Nous joignons à cette lettre le texte de la résolution adoptée à l’unanimité par le CA de notre association, en date du 12 décembre 2005.

Espérant que vous prendrez notre demande en considération, nous vous présentons nos salutations distinguées.

Aline Couillard
Vice-présidente
Association démocratique des retraités (ADR)
Pour les membres du Conseil d’Administration

La réponse de madame la ministre (format pdf)

 

16 décembre 2005 – À QUAND LA DEMI-INDEXATION DE ….

Le présent gouvernement a annoncé le 25 novembre dernier qu’à compter de janvier 2006, il ne versera que la demi-indexation à deux tiers des prestataires de l’aide sociale.
À tous ceux et celles qui demandent que nos rentes de retraite soient à demi indexées, alors qu’il n’y pas l’ombre d’une table de négociations et/ou de discussions, je dis:

  • À quand la demi-indexation de nos rentes du Québec (RRQ)?
  • À quand la demi-indexation de nos pensions de vieillesse?

À vouloir à tout prix niveler vers le bas, n’y a-t-il pas un danger réel de se faire prendre à ce petit jeu?
Pensons-y avant qu’il ne soit trop tard…???

Gaétan Morneau
Boucherville
Cadre, retraité – Cegep Édouard-Montpetit.

 

4 janvier 2006 – Raymond Paradis, St-Lambert

Bonjour,

Voici mon chèque d’adhérent.

La directive de l’AQRP a quelque chose d’abusif. Exclure tout membre qui participe comme dirigeant à un autre mouvement de défense des droits des retraités, peut mener loin.

Dans cet esprit, il faudrait exclure les membres de tout mouvement qui lutte contre la pauvreté:

  • les gens de l’AREQ,
  • les membres des partis politiques,
  • de la FADOQ,
  • la St-Vincent-de-Paul
  • la Croix-Rouge,
  • et même, ô sacrilège, les fidèles de l’Église catholique!

Je rêve, je tombe à la renverse. C’est assez pour souhaiter le retour de Rosaire Frigault.

Bonne année!

Raymond Paradis,
St-Lambert