PAROLES DES MEMBRES

Sous cet onglet figurent des messages, courriels ou écrits que des membres ont rédigés à l’intention de politiciennes, politiciens ou de représentantes et représentants d’associations.

Revendiquer la pleine indexation, c’est l’affaire de toutes les retraitées et tous les retraités de la fonction publique et parapublique. Plus il y aura de membres qui revendiquent leurs droits auprès des politiciennes ou politiciens, plus la force de frappe sera grande. À toutes et tous de s’impliquer.

Si des membres souhaitent publier sur le site web de l’ADR, ils peuvent envoyer leurs écrits à André Jacques.

*******

22 novembre 2019

MESSAGE DE M. RÉMI BEAULIEU AU PREMIER MINISTRE FRANÇOIS LEGAULT ET EN COPIES CONFORMES À D’AUTRES POLITICIENNES OU POLITICIENS

Boucherville, le 22 novembre 2019 

Monsieur le premier ministre du Québec, François Legault

Assemblée nationale du Québec,

Édifice Honoré-Mercier, 3e étage

835, boul. René-Lévesque Est

Québec (Québec) G1A 1B4 

Par télécopieur 418 643-3924 

 

Monsieur le premier ministre. 

Au cours de la campagne électorale en 2018, j’ai été séduit par l’écoute des candidats de votre parti envers les retraités qui ont été floués par le Parti Québécois en 1982 et dont les rentes de retraite ne sont pas pleinement indexées. Comme bien d’autres collègues retraités des services publics, j’ai encouragé des électeurs à voter pour la CAQ. 

J’ai cru que l’injustice dont nous sommes victimes serait enfin réparée lorsque je vous ai entendu dire dans votre discours d’ouverture de session et je cite : « On va venir en aide aux retraités dont les rentes sont souvent pas indexées au coût de la vie. On va donc corriger une injustice et, du même coup, on va offrir une importante baisse de taxes qui va laisser plus d’argent dans les poches des Québécois, aussi dans les économies locales. Ça, ce sont les engagements qu’on a pris et qu’on va respecter » (extrait du discours inaugural du premier ministre François Legault le 27 novembre 2018). J’ai cru qu’enfin notre appauvrissement allait cesser avant ma fin de vie, car j’avance en âge et la maladie m’attend au coin de la rue. 

Mais depuis ce 27 novembre 2018, rien ! Et toujours rien dans la mise à jour du 7 novembre courant. Serait-ce encore une promesse de politicien oubliée encore une fois ? J’en suis extrêmement déçu. Je m’attendais à plus de professionnalisme de la part du premier ministre Legault et de respect envers ses engagements. 

Des instances gouvernementales et privées parlent beaucoup ces temps-ci de la dignité des aînés. Eh bien, Monsieur le Premier Ministre, une vraie dignité des aînés commence par un revenu décent pleinement indexé au coût de la vie. Les plus touchées, ce sont surtout des femmes qui n’ont pu accumuler assez d’années de service avant 1982. 

Dans des correspondances antérieures, vos représentants m’ont recommandé à la Tribune du Secrétariat du Conseil du Trésor qui discutait avec des représentants des retraités. Mais, les grandes associations qui siégeaient à cette Tribune, à l’exception de l’ADR, n’ont jamais consulté leurs membres et sont à la merci des syndicats des secteurs public et parapublic qui ont bien d’autres intérêts que ceux des retraités. 

Et je précise que je n’ai jamais mandaté aucun syndicat à me représenter. Les retraités n’ont aucune voix dans les syndicats et ces derniers n’ont aucune considération pour les retraités. C’est comme un cul-de-sac et j’en fais les frais comme des milliers d’autres retraités des secteurs publics. 

Pour régler ce dossier, c’est pourtant simple. L’indexation a été abolie en 1982 par un décret. Le Gouvernement actuel a juste à abolir le décret de 1982 pour remettre la pleine indexation en vigueur sans tenir compte des récriminations des syndicats. Les fonds de retraite sont bien garnis ainsi que la Caisse de dépôt qui utilise une partie de ces fonds pour la construction du REM. Le Gouvernement a des surplus pour tout le monde, mais pas pour faire cesser l’appauvrissement de ses propres retraités ! De la vraie discrimination. 

Monsieur le Premier Ministre, j’attends une action concrète de votre part rapidement, car j’avance en âge, et comme les autres retraités et retraitées de ma génération, j’aimerais bien profiter de mes rentes indexées avant ma fin de vie, rentes pour lesquelles j’ai pleinement contribué durant toute ma vie professionnelle. 

Merci de votre attention. 

Rémi Beaulieu 

 

COPIES CONFORMES À :  

– Monsieur le Ministre Christian Dubé, responsable de l’Administration gouvernementale et Président du Conseil du trésor 

– Madame la ministre Nathalie Roy, députée de Montarville, Ministère de la Culture et des Communications 

– Madame la ministre Marguerite Blais, Ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, 

– Monsieur Pierre Arcand Chef de l’opposition officielle 

– Monsieur Pascal Bérubé, Chef du troisième groupe d’opposition 

 

COMMENTAIRES AJOUTÉS SUR PAGES DE GARDE DES TÉLÉCOPIES : 

⇒ Marguerite Blais, ministre Aînés et Proches aidants : 

Ci-joint copie d’une lettre importante au Premier Ministre Legault. 

Dans vos discours, vous mentionnez souvent l’importance du respect de la dignité des ainés. Madame la Ministre, la dignité des aînés commence par un revenu décent pleinement indexé au coût de la vie, ce qui n’est pas le cas des retraités des secteurs publics du gouvernement du Québec, et surtout des milliers de femmes retraitées qui n’ont pu accumuler suffisamment d’années de service avant 1982. 

Je compte sur votre insistance et votre appui auprès du premier ministre et du président du Conseil du Trésor pour faire abolir le décret de 1982 qui avait été instauré par un gouvernement du Parti Québécois du temps. 

Je vous fais confiance. 

 

⇒ Pascal Bérubé (Parti Québécois) 

Ci-joint copie d’une lettre importante au Premier Ministre Legault. 

C’est un gouvernement de votre parti qui a condamné les retraités des secteurs publics à l’appauvrissement en 1982 sous le prétexte de l’inflation. Mais ce même gouvernement avait oublié de dire que les revenus des placements à la Caisse de dépôt étaient beaucoup plus élevés que les taux d’intérêt et le coût de l’indexation. Les ministres du Parti Québécois du temps ont dit des menteries comme diraient ma grand-mère et votre parti en paie le prix aujourd’hui. Après 10 ans, 15 ans et plus à la retraite, la non-indexation du principal revenu fait mal, même très mal pour les femmes seules retraitées. Des 330 000 retraités et leurs conjoints ou conjointes, je ne connais personne qui a voté pour votre parti aux dernières élections. J’ai l’impression qu’ils ne voteront plus jamais pour votre parti, car vous êtes la cause directe de leur appauvrissement. Cela n’a rien à voir avec votre option de souveraineté. 

Le Parti Québécois ne s’est jamais excusé auprès des retraités appauvris par cette erreur. 

Si vous voulez vous racheter, vous pouvez inciter et supporter le gouvernement pour abolir le décret de 1982. Merci de votre attention. 

 

⇒ Pierre Arcand, Parti Libéral 

Lors de la campagne électorale de 2003, une candidate de votre parti et future ministre du Trésor, Mme Jérôme-Forget, avait reconnu que les retraités des services publics s’étaient fait flouer par le Parti Québécois en 1982. Elle avait même utilisé le terme « holdup ». Ce nouveau gouvernement en 2003 semblait vouloir réparer l’injustice que le Parti Québécois avait créée sous un prétexte volontairement erroné en se basant sur le taux d’intérêt élevé à cause de l’inflation, mais il avait oublié de dire que les revenus des fonds de retraite étaient beaucoup plus élevés que le taux d’indexation des rentes de retraite. Des grosses menteries comme dirait ma grand-mère. Et ensuite, les gouvernements de votre parti qui se sont succédé n’ont rien fait pour corriger cette injustice sauf créer une Tribune de discussion au Secrétariat du Conseil du Trésor comme pour acheter du temps, car cette Tribune contrôlée par des syndicats via l’entremise des grandes associations de retraités, sauf l’ADR, n’a apporté aucune solution concrète. 

La non-indexation de la principale source de revenu de ces retraités fait très mal après 10 ans, 15 ans et plus à la retraite, surtout aux femmes seules, ce qui pourrait expliquer une partie des résultats des dernières élections, car les 330 000 retraités et leurs conjoints ou conjointes semblent avoir perdu toute confiance envers le Parti Libéral pour abolir le décret de 1982 et rétablir la pleine indexation. 

Merci de votre attention. Je compte sur votre appui au Gouvernement actuel pour corriger cette injustice qui a trop duré. 

*******

15 novembre 2019

MESSAGE D’UN RETRAITÉ DU MTQ À M. JEAN-FRANÇOIS ROBERGE, MINISTRE DE L’ ÉDUCATION

M. Jean-François Roberge

Député et Ministre de l’Education

et de l’Enseignement Supérieur

2028 Avenue Bourgogne

Chambly, Qc

J3L 126

Objet : Indexation des rentes de retraite des retraités des secteurs public et parapublic

Monsieur,

Permettez-moi de vous écrire à nouveau relativement a l’objet ci-haut mentionné dont mon premier courriel a ce sujet n’a pas eu de suite.

Je suis fonctionnaire à la retraite d’un peu plus de vingt ans dont le régime de retraite ne cesse de diminuer en fonction de la non-indexation depuis l’injustice créée en 1982 et, ceci même si les régimes ont été modifiés par la suite pour y apporter des changements sur I’IPC-3 mais le tout non-applicable aux retraités et aux futurs retraités. Encore une injustice qui perdure depuis 37 ans et, d’une autre façon depuis 2000.

Lors du discours d’ouverture de la session parlementaire le 27 novembre 2018, le Premier Ministre Legault mentionnait et je cite : On va venir en aide aux retraités dont les rentes sont souvent pas indexées au coût de la vie. On va donc corriger une injustice et, du même coup, on va offrir une importante baisse de taxes qui va laisser plus d’argent dans les poches des Québécois, aussi dans les économies locales. Ça ce sont les engagements qu’on a pris et qu’on va respecter. (Extrait du discours inaugural du Premier Ministre Francois Legault).

Lors de la mise à jour du 7 novembre dernier, le gouvernement de la CAQ en avait seulement pour les jeunes familles, entre autres, et mentionnait remettre de l’argent dans les poches des Quebécois mais la CAQ semble oublier que, même a Ia retraite, nous demeurons et faisons partie à part entière des Québécois ayant également des attentes de nos élus, car nous participons, même à la retraite, à l’enrichissement collectif du Québec. Nous avons seulement a penser à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDP) qui utilise notre caisse de retraite pour la faire fructifier et, du même coup, en faire profiter l’ensemble des Québécois.

Je dois vous mentionner qu’au 31 mars 2018, il y avait 76,4 milliards de dollars et, si nous ajoutons certains autres petits régimes, cela totalise la modique somme de 97,4 milliards de dollars et l’indexation immédiate des régimes de retraite au coût de la vie pour les retraités et futurs, ne mettrait pas en péril la pérennité du fonds et les cotisations des actifs, car celui-ci est grandement

auto-suffisant pour assurer une retraite pleinement indexée au coût de la vie.

Alors, M. le Député et Ministre, il est temps d’agir afin que cesse cette injustice et, par le fait même, l’appauvrissement continu et graduel des retraités des secteurs publics et parapublics.

Donc, je vous demande à nouveau à vous et à vos collègues députés et ministres de respecter ce que la CAQ a déclaré solennellement le 27 novembre 2018. En passant, il n’y a pas aucun parti politique à l’Assemblée Nationale qui ne soit pas au courant de cette énorme injustice. Donc, il est temps d’agir car le temps passe vite et un jour vous serez confronté également à cette énorme injustice.

En terminant et ceci afin de vérifier la faisabilité de ma demande et vous mettre en contexte de la situation, je vous recommande la lecture du rapport distinct de l’Association démocratique des retraités (ADR) du 6 octobre 2019 intitulé L’OCCASION D’EFFACER UNE TRISTE PAGE DE L’HISTOIRE DES RETRAITÉS.

Merci d’avoir pris le temps de me lire et surtout de donner suite à une demande légitime, veuillez agréer, Monsieur le député et Ministre, mes salutations distinguées.

Un membre retraité du MTQ

*******

16 novembre 2019

MESSAGE DE MME MONIQUE FOREST À MME LISE LAPOINTE, PRÉS. DE L’AREQ

Madame Lise Lapointe,

Présidente de l’AREQ

Madame,

Ci-joint un communiqué de presse envoyé à mon député, Louis-Charles Thouin. L’ADR a toujours été proactive dans ce dossier de l’indexation. Encore aujourd’hui, elle travaille à faire fléchir le gouvernement en vue d’un règlement. Je ne peux en dire autant de mon association, l’AREQ. Serait-il juste de dire que vous semblez dormir sur ce dossier?

En ne voulant pas vous associer à des associations qui ont proposé des façons fort pertinentes de régler, ne pensez-vous pas que vous divisez pour régner? En vous observant, force est de constater que si l’idée ne vient pas de l’AREQ, elle ne peut être bonne. Quelle arrogance de votre part! Si vous étiez VRAIMENT en faveur d’un règlement pour vos membres, vous auriez accepté depuis fort longtemps toute idée susceptible de régler ce dossier qui traîne depuis trop longtemps. Honnêtement, je me demande qui derrière ce non règlement profite de cet état de fait. Je suis très déçue de l’AREQ.

Espérant madame la présidente, que durant votre mandat vous ferez avancer ce dossier de l’indexation. Lorsque vous avez remplacé le précédent président, j’avais confiance qu’une femme soit empathique à notre cause et qu’elle s’allierait aux autres associations qui veulent un règlement. Aujourd’hui, je suis très désenchantée de cette situation où les retraités s’appauvrissent de plus en plus. Qui au sein de l’AREQ aura la volonté politique de lutter pour faire fléchir le gouvernement?

Recevez, madame la présidente, mes plus sincères salutations.

Monique Forest

Membre de l’AREQ Lanaudière

*******

16 novembre 2019

MESSAGE DE MME MONIQUE FOREST À M. LOUIS-CHARLES THOUIN, DÉPUTÉ

Objet : TR : CommuniquÉ aux députés et aux hebdos locaux

Monsieur le député,

Je suis une retraitée de l’Éducation. Dans les années 80, mon salaire a été coupé de 20%, salaire dont j’ai mis 10 ans à récupérer par la suite.  Ma rente de retraite n’a pas été indexée de 1982 à 2000, alors que celle des députés l’a été. D’année en année, je m’appauvris. Quelle injustice! Il y a plusieurs façons de remédier à cette injustice. L’ADR, association démocratique des retraités, dont je suis membre, a pris la parole en session parlementaire, en décembre dernier, pour vous expliquer les différentes solutions pour régler ce manque à gagner.

Nous misons sur l’esprit de justice qui caractérise la CAQ pour enfin espérer un règlement en faveur des retraités de la fonction publique et parapublique.

Personnellement, M. le député Thouin, j’espère que vous comprendrez la situation de milliers d’enseignantes et d’enseignants à la retraite qui aimeraient que la CAQ soit réceptive à nos demandes fort légitimes.

Acceptez l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Monique Forest

Résidente de Rousseau

*******