Le travail de Quebecor, Journal de Montréal, Journal de Québec,
 Canal argent, LCN et TVA, peut-on parler de manipulation,
 distorsion et mensonge?
Longueuil, le 15 novembre 2011 Bonjour à tous,

Ci-après, une première et brève réaction à la campagne de dénigrement de Quebecor contre les retraités de l’État.

Au sujet de la campagne de Quebecor, Journal de Montréal, Journal de Québec, Canal Argent, LCN et TVA, peut-on parler de manipulation des faits, distorsion de la réalité ou de mensonges?
Convergence oblige

À vous d’en juger?

Journal de Montréal 15 nov. 2011 page 2

Laisser croire que les retraités du RREGOP touchent une rente de 30 000,00 $ en se basant sur un salaire hypothétique moyen de 60 000,00 $ par année pour un commis de bureau et titrer que celui-ci touche une rente de 30 000,00 $ par année, c’est faire illusion pour ne pas dire mensonge.

La rente réelle moyenne annuelle des 186 767 retraités du RREGOP est de 17 767 $ par année. (Données tirées du rapport annuel 2010 de la CARRA, page 75, voir le tableau ci-dessous) Pourquoi ne prennent-ils pas la moyenne des rentes, ce qui serait plus proche de la réalité de l’ensemble, au lieu de choisir des exemples qui faussent les véritables situations communes.

Pour mieux laisser croire que les fonctionnaires ont une retraite dorée, le Journal de Montréal met en premier lieu la rente des juges à 121 476 $. Le journal oublie de dire que la rente annuelle moyenne des 186 juges est de 118 898 $. Et pourquoi choisir ces 186 personnes, est-ce pour faire effet? Pourquoi ne prennent-ils pas la moyenne des rentes, ce qui serait plus proche de la réalité de l’ensemble, au lieu de choisir des exemples qui faussent les véritables situations communes.

TVA dit qu’il y a de moins en moins de travailleurs pour payer ces rentes. Encore là, il ne dit pas que les fonds accumulés sont là pour financer les rentes des retraités actuels et les futurs retraités. Le retraité d’hier a payé pour sa rente d’aujourd’hui. Celui qui est au travail aujourd’hui, accumule des fonds pour sa future retraite.

Laisser croire que la dette du gouvernement à l’égard des régimes de retraite va mettre le Québec en faillite c’est une distorsion.

Lorsque les enseignants d’hier étaient au travail, ils faisaient partie des enseignants les moins bien payés au Canada et aujourd’hui, ce sont eux qui ont les rentes moyennes parmi les plus basses au Canada. La situation est la même pour les fonctionnaires québécois.

Les retraités de demain seront parmi ceux de la fonction publique au Canada qui auront eux aussi les plus petites rentes, car ils sont eux aussi au bas de l’échelle des fonctionnaires au Canada. Il ne faudrait pas non plus oublier, l’impact de la désindexation sur les régimes de retraite. La formule IPC-3% imposée en 1982. Pourquoi ne pas en parler?

Il y a 7 ou 8 ans, cela faisait bien dans les salons de casser du sucre sur le dos des ingénieurs du gouvernement. Nous voyons les résultats aujourd’hui. Il manque plus de mille ingénieurs au Ministère des Transports. L’on voit où cela a conduit. C’est le party de la corruption. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Pour corriger le tout, vive une commission d’enquête.

Il faut que chacun des retraités concernés, qui connait le dossier des régimes de retraite, se fasse un devoir de répliquer à cette démagogie sans limites. Bien sûr, nous n’avons pas le contrôle médiatique de Quebecor. Toutefois, nous avons la force du nombre. Il faut s’en servir.

Rodrigue Dubé
Président de l’ADR

Voir le tableau ci-après que Gaétan Morneau a extrait des données du rapport annuel 2010 de la CARRA


Le texte: Peut-on parler de manipulation de l'information ? en format pdf format PDF
Retour à la liste chronologique des archives.